Comment calculer la dépendance d’une personne ?

une personne âgée avec une dépendance diminuée lisant un document avec un loupe

La perte d’autonomie vient généralement avec l’âge. Le degré de dépendance des personnes âgées existe en de nombreux niveaux et s’évalue avec la grille de Groupes Iso-Ressources ou GGIR. Celle-ci se calcule avec la capacité de réalisation des tâches dans la vie courante. En sachant le niveau de dépendance, il est facile pour la famille des personnes âgées de leur apporter les aides adaptées. Pour vous éclaircir les idées, je vous montre dans ce présent article comment calculer la dépendance d’une personne.

La perte d’autonomie : ce que vous devez savoir

Tout d’abord, je vais vous expliquer ce que c’est réellement une perte d’autonomie. Le vieillissement est souvent accompagné d’une dépendance. Selon la Loi, une perte d’autonomie connue également sous le nom de dépendance se définit par l’état d’une personne qui nécessite une aide sur la réalisation des actes essentiels dans leur quotidien. Aussi, à un certain stade, les personnes dépendantes nécessitent une surveillance régulière.

Une perte d’autonomie s’accompagne de nombreux signes. Ces derniers peuvent s’agir d’un trouble de comportement sur les habitudes alimentaires. Les pertes d’appétits restent aussi un phénomène très courant chez les personnes âgées. À part cela, une perte d’autonomie s’explique par l’apparition de problèmes de mémoire ainsi que des sautes d’humeur. Souvent, celle-ci cause une dépression, surtout si elle n’est pas prise en charge.

Les impacts de la perte d’autonomie

La perte d’autonomie présente des conséquences aussi bien directes qu’indirectes.

En premier lieu, les personnes âgées dépendantes risquent de se détériorer rapidement côté santé. Cela peut en effet conduire à l’hospitalisation si elles ne perçoivent pas de maintien à domicile. À part cela, les aînés peuvent être victimes de chutes ou de blessures en continuant à réaliser les mêmes activités qu’avant. Ce sont en effet des causes qui permettent d’accélérer rapidement la perte d’autonomie. Cela peut vous alerter lorsque vous prenez soin de votre aîné.

D’ailleurs, il est d’une grande utilité de prévoir un plan d’aide pour accompagner la perte d’autonomie de la personne. En évitant les maisons de la retraite, de nombreuses familles ont recours à des services d’aide à domicile. Cela est dans le but d’aider les personnes âgées dans la bonne réalisation des actes de la vie quotidienne. Il est essentiel d’agir dès les premiers signes de perte d’indépendance pour ne pas aggraver la situation.

Il existe également des conséquences indirectes de l’entrée en dépendance d’une personne qui prend de l’âge. C’est en effet le cas de l’isolement et la dépression. En étant de conscient de son état, elle ne trouve pas du gout de la vie. C’est pourquoi la dénutrition reste un des signes alarmants de la perte d’autonomie.

Où s’informer concernant la perte d’autonomie ?

Si une personne âgée se retrouve dans un état de perte d’autonomie, il n’est pas nécessaire de chercher loin pour assurer sa prise en charge. En effet, l’État, face au vieillissement de la population, propose de nombreux lieux qui peuvent vous aider à vous informer sur cela. Parmi les endroits qui peuvent vous venir en aide, il y a :

Pour les CLIC, ils se rencontrent au niveau des conseils départementaux qui sont accessibles au sein des communes ou encore des départements. Chaque conseil départemental permet de donner les informations utiles aux personnes qui perdent en autonomie ou à leur famille. CLIC a aussi pour rôle de faire intervenir des professionnels de santé ou encore des médico-sociaux jusqu’au domicile des personnes en situation de dépendance. Les soins domiciles sont effectivement pris en charge par un réseau gérontologique.

Outre les CLIC, les Centres Communaux d’Action Sociale ou CCAS peuvent également vous fournir les informations nécessaires. Il en est de même pour les Centres intercommunaux d’Action Social ou CIAS. Ces endroits promettent en effet un accompagnement de la perte d’autonomie. Ils proposent également des financeurs qui vont assurer le financement de l’aide à l’autonomie.

En plus de cela, ce sont des endroits qui peuvent proposer d’aide sociale à l’hébergement pour personnes âgées. Ils sont également en mesure d’accéder à une assistance ou à une activité physique.

Quant aux MAIA, elles ont comme mission de réaliser l’accompagnement des personnes qui sont victimes de la maladie d’Alzheimer. Elles peuvent suggérer un médecin traitant qui va proposer un soin adapté. Des infirmiers et des personnels du paramédical peuvent également être à disposition pour mettre en place un suivi adéquat. Bien évidemment, les professionnels de la santé sont disponibles pour faire des soins à domicile.

post-it marqueur

Évaluer la perte d’autonomie d’une personne : la méthode de la grille AGGIR

Parfois, il n’est pas toujours évident de savoir si une personne perd en dépendance. Les signes ne sont pas toujours précoces. Pourtant, pour pouvoir mieux agir afin de l’aider en fonction de son besoin, il est conseillé de réaliser des tests d’observation. Pour cela, la meilleure option est de recourir à la méthode de la grille AGGIR. Celle-ci se base sur la réalisation de la vie courante d’une personne.

Les critères à prendre en compte

Pour apporter l’aide aux personnes dépendantes, il est important de connaître le degré de perte d’autonomie. Pour ce faire, des questions concernant la vie quotidienne de la personne sont à demander. Ainsi, il est essentiel de la questionner sur :

  • La capacité de l’accomplissement des mouvements simples sans l’aide d’un proche. Cela peut concerner le fait de se lever ou de s’asseoir tout seul.
  • La présence ou non des problèmes d’incontinence
  • La possibilité de communiquer avec ses proches ou ses voisins et de maintenir une vie sociale
  • L’aptitude de se déplacer à l’extérieur ou à l’intérieur du logement
  • La capacité à manger toute seule qu’il s’agit du portage de repas ou de la préparation de celui-ci
  • L’aptitude à choisir elle-même ses vêtements et à les mettre
  • La disposition à s’orienter dans le temps et l’espace
  • La capacité de faire sa toilette sans aucune aide
  • La présence ou non de troubles de la pensée.

En quoi la réalisation de l’évaluation de la perte d’indépendance d’une personne âgée est-elle importante ?

Après l’évaluation avec la méthode de la grille AGGIR, la personne âgée dépendante se classe dans un GIR qui lui est propre. En connaissant cela, la personne âgée peut profiter d’aides financières venant de l’État qui assure le financement de la dépendance. Celles-ci peuvent se présenter sous forme d’aide sociale comme l’Allocation Personnalisée d’Autonomie. Également, l’EHPAD prend en charge des personnes dépendantes en leur offrant une ouverture à des droits d’hébergements. Il leur est aussi possible de bénéficier d’une famille d’accueil pour favoriser un hébergement temporaire.

Qui calcule la dépendance d’une personne âgée avec la grille AGGIR ?

Le recours à la grille AGGIR permet de connaître le GIR qui consiste à un niveau de perte d’autonomie de la personne âgée. Connaître ceci permet de mettre en place les solutions efficaces pour assurer les besoins des personnes dépendantes. Parmi celles-là, vous avez les accompagnements familiaux, les services d’aide professionnelle ou encore l’entrée en maison de retraite.

À savoir que l’usage de la grille AGGIR ne se fait pas par n’importe qui. L’évaluation de la dépendance est faite par l’équipe médico-sociale du département ou par le médecin coordonnateur de l’Ehpad.

Les différents niveaux d’autonomie

Les personnes en perte d’autonomie existent en 6 catégories selon le Group Iso-Ressource ou GIR.

  • Les GIR 1 et 2 regroupent les personnes qui sont entièrement dépendantes. Il s’agit en effet d’une absence totale d’autonomie qui est souvent causée par une pathologie ou encore d’un accident physique. Cette situation de dépendance nécessite le recours aux services d’aide permanents. C’est la raison pour laquelle la famille envoie la personne dépendante dans une maison de retraite. Une aide à domicile est d’une nécessité pour les personnes qui décident de rester chez eux.
  • Les GIR 3 et 4 rassemblent les personnes âgées qui sont en perte d’autonomie. Elles peuvent avoir de la mobilité réduite ou encore d’une altération de leurs capacités mentales. Contrairement aux 2 premiers groupes, ceux-ci ne nécessitent que d’une aide ponctuelle. Celle-ci peut leur servir pour les déplacements, les gestions dans leur vie courante comme la réalisation d’une tâche ménagère. C’est en fonction de leur incapacité.
  • Les GIR 5 et 6 fusionnent les personnes qui sont en entrée en dépendance. Celles-ci sont encore autonomes étant donné qu’elles sont encore capables de prendre en charge les gestes de la vie courante. Les séniors appartenant à ce groupe n’ont encore pas besoin d’aide-ménagère pour la réalisation de leur tâche ménagère.

Calculer l’état de dépendance d’une personne âgée à partir de la grille AVQ

Comme la méthode de la grille AGGIR, cette technique permet de classifier l’autonomie des personnes âgées. Celle-ci se base sur 6 catégories d’actes de vie courante de la personne concernée :

  • Les transferts qui consistent à la capacité à la réalisation des positions quotidiennes : couché, assis et debout.
  • Le déplacement à la maison
  • L’alimentation
  • La toilette
  • L’habillage
  • La continence

En tenant en compte ces paramètres, il est facile de classer les personnes en fonction de sa situation de perte d’autonomie. La réalisation de ce test permet de trouver les bonnes solutions en ce qui concerne la prise en charge des personnes en fonction de leur besoin.

La grille AVQ met en évidence 4 niveaux d’autonomie des personnes âgées qui se calculent à partir du nombre des actes de la vie courante pouvant être réalisés.

BON À SAVOIR

La grille AVQ est d’une grande importance pour la souscription à des assurances dépendances pour des personnes qui sont en perte d’autonomie. C’est en effet une solution essentielle pour accompagner la vieillesse de la personne concernée. C’est à partir du niveau de dépendance calculé que l’assureur met à disposition les prestations nécessaires. Celle-ci vient en effet en complément de la grille AGGIR qui a pour avantage principal de favoriser une demande d’APA.

La perte d’autonomie des personnes âgées est aussi soumise à une certaine indemnité. C’est en effet à partir de la grille AVQ que cette dernière peut être obtenue.

Comment prévenir la perte de l’autonomie  le plus longtemps possible ?

Il est vrai qu’on ne peut rien faire avec l’avancée de l’âge. Pourtant, de nombreuses solutions sont disponibles pour maintenir l’autonomie. Les personnes âgées doivent en effet profiter d’une aide à domicile. Effectivement, cette dernière n’est seulement pas réservée aux personnes âgées dépendantes. En plus de les aider à la réalisation des tâches ménagères, celle-ci permet de combattre leur solitude. C’est aussi la solution efficace pour profiter d’une surveillance en fonction du besoin de la personne concernée.

Outre le recours à une aide spécialisée, quelques gestes sont à réaliser pour ralentir la perte d’indépendance d’une personne :

  • Une alimentation saine et équilibrée qui peut aider les séniors à avoir une bonne santé tout en assurant la prévention de nombreuses maladies. Je vous recommande donc de manger des fruits et des légumes tout en privilégiant les aliments riches en protéines. Les produits laitiers sont aussi à consommer pour assurer l’apport en calcium de l’organisme. Il ne faut pas oublier de rester à tout moment hydrater.
  • La pratique d’une activité physique qui convient à votre âge. Le manque de mouvements peut rapidement générer la perte d’autonomie. Il est tout de même important de demander l’avis d’un expert du domaine pour savoir l’activité physique qui vous convient.
  • La stimulation cognitive pour éviter la perte de mémoire précoce. Cela consiste en effet à stimuler le cerveau en optant pour des jeux et activités intellectuelles.

Conclusion

Le vieillissement est un stade de la vie auquel on ne peut pas s’échapper. Un des problèmes majeurs des personnes âgées est la préservation de leur patrimoine. Face à cette incapacité, le recours à un professionnel du domaine reste une nécessité pour éviter les mauvaises surprises. Celui-ci va être d’une grande aide au tuteur, car ce professionnel va représenter la personne âgée devant la justice. De plus, les paperasses liées aux démarches administratives ne sont pas faciles à réaliser.

J’espère que cet article aura répondu à toutes vos questions concernant le dépendance. Si vous avez des questions supplémentaires concernant ce sujet ou sur un autre sujet lié à la gestion de patrimoine, vous pouvez me contacter par email ou par téléphone.

Un pot en verre avec des pièces et une plante verte - L'investissement quotidien et diversifié permet de réduire le risque tout en maximisant le gain potentiel
L'investissement permet de se constituer un patrimoine, de réduire ses impôts, d'anticiper la transmission de son patrimoine et encore de créer des revenus passifs

Vous souhaitez commencer à gérer votre patrimoine ?

Sommaire
aba35243d3a2907ce2335eef398f5528jjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj