Quel placement financier pour un mineur ?

un cochon rouge tirelire placement financier

Investir pour son enfant n’est pas une obligation, mais de plus en plus de parents font aujourd’hui un placement financier pour un mineur. En effet, faire un investissement dédié à vos enfants ou petits-enfants présente plusieurs avantages :

  • Assurer un objectif précis : lorsque votre enfant sera plus grand, vous aimeriez lui offrir quelque chose qui va le marquer, par exemple un scooter ou une voiture. En épargnant dès son plus jeune âge, vous aurez la possibilité de lui acheter ce que vous voulez le moment venu.
  • Soutenir des projets : une fois que votre enfant prendra son indépendance, il aura sûrement un projet qui lui tient à cœur. Par l’épargne que vous lui avez dédiée, vous pourriez alors l’aider à démarrer son entreprise ou acheter sa maison.
  • Constituer une réserve pour des dépenses imprévues : en grandissant, votre enfant aura de plus en plus de dépenses, surtout lorsqu’il quitte le lycée. Vous pourriez alors prévoir les dépenses de voyage d’études ou encore financer ses études à l’étranger.

Il existe plusieurs types de placements financiers pour les mineurs. Entre l’assurance vie, la SCPI, le PEA et les autres épargnes, à vous de choisir ce qui vous convient le mieux.

Placement financier pour un mineur : les livrets d’épargne

Un livret d’épargne reste une option d’épargne pour ses enfants même si je la déconseille. Elle n’apporte en effet que très peu d’avantages. Il s’agit, en effet, d’un moyen facile pour assurer le placement financier destiné aux enfants mineurs.

Le livret A, le LDDS et le LEP

Le livret A fait partie des plans d’épargne classiques les plus prisés par les investisseurs. Il est d’ailleurs l’un des placements les plus utilisés pour économiser pour les enfants et petits-enfants. En effet, les points forts de ce compte épargne sont son plafonnement qui est à 22 950 euros. En plus, les intérêts sont exonérés de prélèvements sociaux et d’impôts. Mais le seul inconvénient est son rendement très bas, dont le taux est de seulement 0,50 %.

Le LDDS et le LEP sont aussi des placements financiers recommandés pour un investissement destiné à un mineur. Pour cause, ils sont exonérés de prélèvements sociaux et d’impôts sur le revenu. Quant au taux d’intérêt, il est de 0,50 pour le LLDS qui est plafonné à 12 000 euros. Et 1 % pour le LEP dont le plafond est de 7 700 euros.

Le livret Jeune

Le livret Jeune est également un placement financier pour un mineur. Une fois de plus il ne s’agit pas d’un placement offrant de nombreux avantages ou rendement intéressant.

 Il s’agit d’un compte épargne réservé aux enfants âgés de 12 à 25 ans. Il est, comme les précédents livrets, non soumis à l’impôt. Cependant, le plafond est de seulement 1 600 euros.

Pour pouvoir ouvrir un compte, l’enfant doit être entre 12 et 25 ans, et être accompagné par un parent ou représentant légal jusqu’à ses 18 ans. Il y a toutefois une restriction concernant le livret. En effet, il est interdit d’avoir plus d’un livret Jeune. Il reste, tout au moins, compatible avec les autres livrets bancaires comme le Livret A.

Voici les critères particuliers en ce qui concerne le dépôt et le retrait du Livret Jeune :

  • L’argent est disponible en permanence et le dépôt peut se faire à tout moment
  • L’approvisionnement peut être fait par chèque ou virement, sans dépôt minimum fixé
  • Jusqu’à l’âge de 16 ans du mineur, le retrait doit se faire en présence d’un parent ou représentant légal
  • Entre 16 et 18 ans, le jeune peut gérer lui-même son compte si aucun parent ne s’y oppose
  • À ses 18 ans, le titulaire devient le seul et unique responsable de son compte

En ce qui concerne la fermeture de compte, le titulaire doit le fermer l’année de son vingt-cinquième anniversaire. Si le compte n’a pas été clôturé avant le 31 décembre, la banque procèdera à une fermeture d’office. Le montant qui se trouve dans le livret sera, par la suite, versé sur un compte désigné ou un compte en attente.

Le PEL

Si vous voulez économiser sur le long terme, le PEL ou le Plan d’Épargne logement est recommandé. Il s’agit, en effet, d’une épargne bloquée pendant une durée de vie de 10 ans. Arrivée au dixième anniversaire de compte, vous ne pouvez plus faire un versement. Le plafond pour le PEL est fixé à 61 200 euros sans la capitalisation d’intérêts. Le taux reste tout de même faible. Il est fixé à 1 % depuis 2016.

Contrairement aux autres livrets, le PEL fait l’objet d’un prélèvement social de 17,20 % et 12,80 % d’impôt sur le revenu (flat tax 30%).

Le PEA Jeune

Le PEA ou Plan d’Épargne en Actions est un placement financier qui permet de gérer le portefeuille d’actions d’entreprises. Il fait partie des placements exonérés d’impôt, mais sous certaines conditions. Il existe aujourd’hui un PEA Jeune, destiné aux épargnants de 18 à 25 ans, avec des versements plafonnés à 22 000 euros.

Comme le PEA, il bénéficie de nombreux avantages fiscaux. D’abord, s’il n’y a pas de retrait, il n’y a pas d’imposition. Les taxations sur les gains sont les suivantes :

  • 17,5 % pour un compte de plus de 5 ans.
  • 36,2 % pour un compte de 2 à 5 ans
  • 39,7 % pour un compte de moins de 2 ans

Lorsque le titulaire atteint ses 25 ans, les fonds investis dans un PEA Jeunes sont reportés automatiquement sur un compte PEA classique.

CSL Jeune ou un Livret Enfant

Un CSL ou Compte sur Livret est un compte épargne non réglementé par l’État. Donc, ce sont les établissements bancaires qui fixent les taux d’intérêt. Si vous êtes à la recherche d’un placement financier mineur, il existe un CSL spécialement pour les enfants âgés de moins de 12 ans. Il s’agit d’une épargne disponible à tout moment et dont le taux d’intérêt varie de 0,10 à 0,30 %, selon les établissements financiers.

Comme avec tous les comptes pour mineur, ce Livret Enfant doit être ouvert par un représentant légal. En outre, aucun enfant ne doit avoir plus d’un compte CSL Jeune. En outre, ce compte épargne est soumis aux prélèvements sociaux et impôts. Comme avec le PEA Jeune, les fonds accumulés sont versés sur un CSL classique aux 25 ans du titulaire.

Placement financier mineur : l’assurance vie

L’assurance vie est un placement financier sûr et sécurisé qui existe en France depuis plusieurs années. Beaucoup plus que les Livrets, une assurance vie peut générer un intérêt de plus de 3 % si vous optez pour le multi-supports. Ce n’est pas tout, parce que ce type d’assurance bénéficie de nombreux avantages fiscaux.

Les parents peuvent aujourd’hui ouvrir une assurance vie pour les enfants mineurs. Pour que l’assurance vie soit valable, les deux parents doivent communément signer le contrat. Et lorsque l’enfant est âgé de plus de 12 ans, il doit donner son consentement.

La souscription à l’assurance vie pour mineur

Pour souscrire à une assurance vie mineure, vous avez le choix entre deux options. La première vous offre la possibilité de gérer l’argent épargné au nom de votre enfant, et la deuxième concerne la transmission de capital.

Lorsque celui-ci atteint ses 18 ans, l’enfant pourrait tout de suite toucher l’argent épargné. Mais vous pouvez sécuriser le contrat d’assurance grâce à un pacte adjoint lors de l’ouverture du compte. Ceci va, par conséquent, vous donner le droit de gérer le compte et utiliser le fond jusqu’à ce que le titulaire ait 25 ans.

Par contre, certains parents ouvrent une assurance vie à un mineur dans le but de lui transmettre un capital plus tard. Pour cela, je vous recommande d’ouvrir un contrat à votre nom et désigner votre enfant ou petit-enfant comme bénéficiaire. Non seulement vous allez bénéficier des avantages fiscaux du compte, mais vous allez avoir des exonérations liées aux droits de succession. En effet, la transmission de 152 000 euros à votre enfant est exonérée d’impôt, si vous le faites avant vos 70 ans.

L’enfant pourrait d’ailleurs profiter de l’optimisation fiscale. Pour qu’il bénéficie de ces avantages, il faut que le contrat d’assurance vie ait existé depuis plus de 8 ans. De ce fait, le mieux serait de souscrire l’assurance avant les 10 ans du mineur.

Le retrait d’assurance vie pour mineur

Avant la majorité du titulaire, il peut faire des retraits, mais avec l’autorisation de ses parents. Ensuite, lorsque l’enfant a 18 ans révolus, il peut disposer de son argent comme bon lui semble. Avec le pacte adjoint, les parents peuvent toutefois décider si le jeune aura accès à l’argent à ses 18 ans.

Certes, les représentants peuvent fixer l’accès du mineur à l’épargne, mais cela ne peut dépasser son vingt-cinquième anniversaire. Par la suite, le titulaire majeur pourrait décider s’il veut conserver le contrat ou y mettre fin.

Placement financier mineur : le PER, la bourse et l’immobilier

Lorsqu’il s’agit de faire un placement financier pour mineur, les épargnes les plus utilisées sont les livrets. Même s’ils sont peu connus comme épargne pour mineur, le PER, la bourse et le placement immobilier restent des options intéressantes.

Le PER

Vous êtes sûrement étonné de voir le PER dans la liste des placements financiers pour mineurs. En effet, il s’agit d’une épargne dédiée à la retraite. Mais pourquoi souscrire ce plan épargne à votre jeune enfant ?

En premier lieu, le PER est une enveloppe fiscale ouverte aux personnes de tout âge. Dès son plus jeune âge, vous pouvez donc ouvrir un Plan Épargne à la retraite à votre enfant. Vous aurez ainsi tout le temps qu’il faut pour mettre de côté de l’argent qui sera dédié à votre enfant. Lorsque celui-ci aura, un jour, besoin de fonds pour ouvrir une entreprise ou acheter une résidence, l’épargne accumulée va contribuer à la réalisation de ses projets.

L’épargne retraite pour mineur présente également de nombreux avantages fiscaux. Comme les versements sont déductibles du revenu des parents, il y a des réductions d’impôt sur les transferts vers le PER de votre enfant. En effet, chaque versement volontaire donne un avantage fiscal pour votre enfant. Et ce, même s’il s’agit d’une étrenne de Noël versée par les grands-parents aux petits-enfants.

La bourse

C’est par le PEA Jeune que vous allez faire un investissement boursier à votre enfant de 12 à 25 ans. Pour rappel, il s’agit d’une épargne qui permet d’investir dans des actions européennes, donc dans la bourse. Vous pouvez tout de suite miser sur les actions boursières et accumuler ainsi un capital important. Le PEA est plafonné à 20 000 euros, mais même s’il est exonéré d’impôt, les prélèvements sociaux restent à 17,2 %.

Pour faire un placement boursier au nom de votre enfant mineur de bas âge, vous pouvez lui ouvrir un compte-titres. Ce dernier est un support financier permettant aux particuliers d’investir dans des actifs, par exemple des valeurs immobilières et des mobilisations financières. D’ailleurs, contrairement au PEA, il n’a pas de plafond d’investissements. Tout de même, l’enveloppe fiscale s’élève à 30 % de flat tax.

L’immobilier

Faire un placement financier dans l’immobilier est également un moyen sûr de laisser un patrimoine de valeur à vos enfants. Vous pouvez tout à fait acheter un bien immobilier locatif au nom de votre enfant ou petit-enfant. Toutefois, vous devez vous-même vous occuper du logement le temps que votre enfant atteigne la majorité. Il reste tout de même possible d’investir pour votre enfant mineur sans gérer vous-même la location. Pour cela, la meilleure option est d’acheter dans des parts de SCPI.

Avec les SCPI, vous allez percevoir convenablement des loyers, sans passer du temps dans la gestion locative. En contrepartie, les frais de gestion sont déduits du rendement locatif. Le taux d’intérêt dans les investissements immobiliers s’élève à 4,18 %.

Faire appel à un expert en placement financier mineur

Choisir le placement financier mineur idéal pour votre enfant ou petit-enfant peut être difficile. D’abord, il y a de nombreux paramètres fiscaux et d’innombrables conditions concernant chaque compte épargne.

Vous êtes peut-être à la recherche d’un placement pour mineur, sûr et sécurisé, même si les taux d’intérêt sont faibles. Ou peut-être que vous êtes prêts à miser un important capital dans un placement très rentable, peu importe le risque. Bref, le placement idéal à choisir pour votre enfant dépend de votre patrimoine actuel. Si vous avez besoin de renseignements détaillés concernant ces placements, vous pouvez me contacter.

Envie d’une étude personnalisée ?

Contactez moi et nous ferons un point sur votre situation actuelle,

vos objectifs et déterminerons la stratégie la plus efficace.

Sommaire
320e3a3d48f19dea84725857c7343180rrrrrrr