Frais de l’assurance-vie : ce qu’il faut savoir

un porte carte de crédit en cuir - les frais assurance vie

Anticiper combien votre assurance vie vaudra dans quelques années est aussi facile que de deviner le temps qui vous reste à vivre. Cependant, même si vous ignorez combien celle-ci va vous rapporter à l’avenir, connaitre ce qu’elle vous coutera est bien plus aisé. Pour cause, les frais assurance vie, dits aussi « chargements » sont déterminés au préalable.

En principe, ces frais rassemblent les frais d’entrée et les frais de gestion. Il peut y en avoir toute une myriade. Ce qui fait qu’il vaut toujours mieux les identifier un à un avant souscription, et de signer un quelconque contrat. Je peux vous assurer que cela vous évitera d’embarquer dans une affaire que vous n’avez pas souhaitée : avec trop de frais pour très peu de rendement. Ouvrez l’œil et passez le contrat à la loupe même s’il s’agit d’un accord sans frais, avec un assureur en ligne. Soyez attentif, sous peine de tomber sur des contrats voraces avec des frais cachés. Pour savoir à quoi vous attendre, suivez le guide. Comprenez les fonctionnements des frais d’assurance vie.

À quoi renvoient les frais de l’assurance-vie ?

En France, l’assurance vie représente un produit d’épargne qui a tout son intérêt en matière de fiscalité. Cependant, elle embarque divers frais, et non des moindres, que les souscripteurs ont souvent du mal à saisir. Ces frais impactent notamment sur le rendement annuel de leur contrat d’assurance. De là, retenez que votre contrat raisonnera en rentabilité nette ou en rente nette des frais (tous frais déduits avant prélèvements sociaux et impôts).

En règle générale, on compte 3 grandes familles de frais déduits sur toute la durée du contrat d’assurance et sur votre argent :

  • Les frais d’entrée, frais sur versement
  • Les frais de gestion
  • Les frais d’arbitrage

En plus de ces principaux types, on recense d’autres frais amputés à votre contrat de capitalisation. On dénote les frais de sortie anticipée ou bien les frais d’adhésion au contrat. Mais encore, je vous préviens, une assurance vie peut dissimuler des « frais cachés ». Ces derniers prennent usuellement effet dans le cadre d’investissements en OPCVM.

Si vous prévoyez de souscrire à une telle assurance et de la faire fructifier, c’est mieux de connaitre tous ces frais. Je peux vous dire que cela va jouer sur votre choix. En outre, les contrats en fonds euros requerront moins de frais par rapport aux contrats en unités de compte. Sachez aussi que sur le marché, les banques traditionnelles restent premières sur la liste des organismes d’assurance à ponctionner le maximum de frais, à comparer avec les banques en ligne ou les néoassureurs venant des fintechs. Ces derniers se distinguent particulièrement, car ils n’exigent aucun frais d’entrée ou frais d’arbitrage. De ce que je sais, ceux-ci proposent même des frais de gestion accessibles à toutes les bourses.

Je peux aussi vous dire que chaque établissement d’assurance vie applique ses propres règles du jeu, notamment ses propres tarifs.

Si vous désirez avoir le contrôle et trouver bénéfice à votre contrat, je vous conseille de faire un comparatif. Comparez les rendements et les frais des assurances vie du marché. Et si vous avez du mal à trancher, rien ne vous empêche de demander les conseils avisés d’un expert comme un conseiller en gestion de patrimoine.

Les frais d’entrée et les frais de versement en assurance-vie : ce qu’il faut savoir

Quand vous souscrivez à une assurance vie, des frais seront déduits de votre premier apport. C’est ce que je désigne par « frais d’entrée ». Pour ce qui est des frais sur versement, cela renvoie aux frais prélevés à chaque montant versé par l’assuré à destination de son assurance. C’est en quelque sorte la commission du vendeur.

En général, ces deux frais varient de 0 % à 5 %. Pourquoi 5 % ? C’est parce que c’est le plafond des frais de versement fixés pour une assurance vie par le code des assurances.

Mais dans l’idéal, je vous conseille d’éviter les contrats exigeant des frais sur versement de plus de 3,5 %. Imaginez tout simplement que vous versiez 2000 € dans votre caisse d’assurance, et que vous devez 3,5 % de frais de versement. Dès lors, ces frais s’élèveront à 70 € et seulement 1930 € viendront majorer votre assurance. Plus vous payez, moins le taux appliqué est élevé.

Mon conseil : négociez vos frais de versement tant que c’est possible. Marchandez surtout si votre apport ou votre versement est conséquent. Si vous vous risquez à discuter, vous pourrez avoir la bonne surprise d’une réduction de 50 % sur le taux initial de l’assureur.

Les frais de gestion de votre assurance-vie : faisons le point !

Ils sont déduits de votre assurance afin de rémunérer votre assureur de la gestion administrative de votre cas, de l’envoi de vos relevés de compte ou la gestion de votre compte client. Leur montant est variable selon :

  • la nature de contrat d’assurance vie (multisupport ou monosupport)
  • le mode de gestion du contrat souscrit (gestion libre, gestion pilotée ou gestion sous mandat)

Il convient de nuancer les frais liés à la gestion des fonds euros et ceux associés aux fonds en unités de compte.

Les frais de gestion des fonds euros sont souvent négligés par les investisseurs, car ils sont indiqués en fin d’année seulement et retirés du bilan annuel du rendement net. Ces frais, qui vont généralement de 0,3 % à 1 %, se calculent sur l’encours au 31 décembre.

Les frais de gestion des fonds en unités de compte (UC) sont soumises à une double taxe. Le calcul des frais de gestion est donc plus complexe. En premier lieu, la société de gestion du fonds prélève ses propres frais dont le pourcentage peut varier en fonction du nombre d’interventions du gestionnaire. Puis, l’assureur facture des frais supplémentaires sur les UC. La fourchette de ces frais est estimée entre 0,3 % et 1 %, soit à peu près le même ratio que pour les fonds euros.

Ces frais vous sont facturés seulement une fois par an. Ils équivalent à un pourcentage de la valeur acquise du contrat. En d’autres termes, c’est son montant total net composé de l’apport, des versements, des intérêts et frais de versement) du contrat.

feuille blanche calculatrice pour le calcul des frais assurance vie

Calcul des frais de gestion de l’assurance vie : le manuel

Ils sont calculés au mois, au trimestre ou à l’année. Ils peuvent être de l’ordre de :

  • 0,7 % en moyenne pour la somme investie en euro (0,35 % à 1 %),
  • 0,9 % en moyenne pour la somme investie en unités de compte en cas de contrat multisupport (0,50 % à 1,20 %.
  • Plus ou moins 0,6 % de frais de gestion supplémentaire si vous signez un contrat en gestion mandatée

Au moment de souscrire, veillez à bien analyser ces frais de gestion. Pour cause, s’ils sont trop élevés, cela peut réduire la rentabilité du contrat d’assurance vie à moyen et même à long terme. À choisir, je vous conseille de prendre un contrat avec des frais de gestion raisonnables et avec des frais de versement un peu plus conséquent, au lieu d’opter pour l’inverse. Plus les frais de gestion sont bas, moins vous serez pénalisé sur le long terme. Au mieux, je vous conseille d’éviter les contrats avec un taux de frais de gestion outrepassant le 1 %.

Prenez par exemple, un contrat avec un rendement brut de 3 %. Si vous y imputez des frais de gestion de 0,80 %, vous obtenez une rémunération annuelle de 2,20 % nette.

Pour le cas particulier des contrats en unités de compte, vous constaterez que les frais de gestion sont plus élevés. Et vous savez quoi ? Ils le seront d’autant plus si vous investissez dans des OPCVM (SICAV et FCP) requérant des frais d’entrée et de gestion pour rémunérer leur gérant.

Pour le cas des fonds à risque, les frais de gestion des fonds en euros sont les plus exorbitants. Pour cause, à chaque fonds acquis, vous avez des frais. Ces derniers se dépeignent comme suivant :

  • 2 % de frais au maximum par an dans le cadre de fonds d’actions ou d’obligations classiques.
  • 2,50 % de frais au maximum l’année pour un fonds « profilé » (jouissant d’une gestion à la carte).

Frais d’arbitrage en assurance-vie : quésaco ?

Ceux-ci renvoient à des frais extraits par l’assureur quand la nature d’un actif est modifiée. Cela veut dire lorsque la répartition interne du portefeuille change. Si vous, en tant qu’assuré, vous vendez vos parts d’un fond X afin d’acquérir un fond Y, vous aurez alors à vous acquitter des frais d’arbitrage. Notez que ces frais ne concernent point les contrats en unités de compte.

Les frais liés à l’arbitrage diffèrent en fonction du type d’arbitrage choisi. Si les investisseurs effectuent un arbitrage sur leur contrat d’assurance vie à la demande, ils paieront généralement des frais inférieurs à 1 % de leur actif. C’est l’arbitrage à la demande. De nombreuses banques en ligne offrent cette option sans frais supplémentaires, et certains contrats d’assurance prévoient même jusqu’à trois arbitrages gratuits par an.

Les assurés qui souhaitent gérer leurs fonds de manière plus efficace, grâce à une sécurisation des gains, un rééquilibrage automatisé, etc., peuvent recourir à l’arbitrage automatique. En fonction de l’évolution de la valeur des fonds concernés, l’arbitrage peut être déclenché sans intervention extérieure et les tarifs appliqués diffèrent parfois des tarifs des arbitrages demandés.

Suivant les clauses convenues, ces frais peuvent s’exprimer de deux manières :

  • en pourcentage : 0,5 % et 1 % du montant arbitré
  • au forfait : 10 € à 30 € sur chaque opération d’arbitrage réalisée

Selon les contrats, il est possible d’avoir un ou plusieurs frais d’arbitrage gratuits chaque année (généralement de 1 à 3 arbitrages gratuits). Les frais varient également compte tenu de leur nature, s’ils sont requis par l’assuré, ou si ce sont des frais d’arbitrage automatiques.

Autres frais de l’assurance vie : combien y en a-t-il ?

En dehors de ces trois principaux frais, un contrat d’assurance vie est soumis à d’autres frais occasionnellement prélevés. On dénote :

Les frais de rachats dits aussi frais de « sortie anticipée » en assurance-vie

Ces frais s’appliquent quand il y a un rachat partiel de votre contrat d’assurance vie souscrit. Idem lorsque vous mettez un terme à votre contrat avant son terme, en tant qu’adhérent. On parle alors de rachat total anticipé. Dans l’usage, ces frais de sortie anticipée sont limités à 5% et ne sont pas applicables sur les contrats datant de moins de 10 ans.

Les sorties peuvent être soumises à des frais, qui varient selon le mode de retrait opté : en capital ou sous forme de rente. Les frais de sortie en rente sont accompagnés de certaines taxes supplémentaires, notamment les frais de conversion, les frais d’arrérages et les frais de gestion des rentes. Ces taxes sont admissibles à chaque versement de la rente. Autrefois, il était fréquent pour une entreprise de facturer des frais à un investisseur lors d’une sortie en capital. Cependant, ces pratiques ne sont plus aussi répandues de nos jours.

Même si ces frais sont peu souvent ponctionnés, ils sont toujours mentionnés dans les Conditions générales du contrat.

Les frais de succession de l’assurance-vie

L’assurance vie offre à ses assurés la possibilité de laisser un capital à leurs bénéficiaires désignés à leur décès, avec des avantages fiscaux. En règle générale, les avoirs détenus dans un contrat d’assurance vie sont exonérés de droit de succession. Toutefois, cela est valide uniquement pour les primes versées par l’assuré avant l’âge de 70 ans. Chaque successeur recevra une franchise individuelle de 152 500 €. Toute somme reçue qui dépasse ce montant sera imposée à un taux de 20 % (31,25 % au-delà de 852 500 €).

Pour les versements réalisés à des successeurs âgés de plus de 70 ans, l’abattement fiscal commun est limité à 30 500 €. Les capitaux restants seront alors inclus dans la succession du défunt et chaque successeur se verra imposer un taux différent en fonction du barème des droits de succession. Si l’un des bénéficiaires est une personne extérieure à la famille (comme un ami par exemple), il sera taxé à 60 %, ce qui pourra s’avérer très pénalisant.

Les frais de transaction de l’assurance-vie

On les prélève quand vous investissez dans des fonds plus originaux. Ce sont des fonds non classiques. On évoque ces frais dans le cadre de transactions sur les SCPI (société civile de placement immobilier) ou placements financiers en immobilier. Il en va de même avec les transactions sur les trackers (fonds d’investissement répliquant la performance d’un indice financier) ou sur les titres vifs (actions en société).

Les prélèvements sociaux

Grands habitués des contrats d’assurance vie, ces frais sont fixés à un taux de 17,2 % depuis le premier janvier 2018.

En cas de contrats à fond en euros uniquement, ces frais sont déduits à la source tous les ans.

Dans le cas des contrats de fonds en unité de compte, ils sont prélevés exclusivement dans le cadre de rachat partiel.

Ma minute loi : connaissez-vous la Loi Pacte de 2019. C’est une sorte de registre d’informations où sont mentionnés les frais d’assurance vie. Elle est confiée par an aux assureurs et à leurs assurés.

Frais d’assurance vie : le droit d’information

Dans le cadre de la loi Pacte de mai 2019, les documents d’information annuels relatifs à l’assurance-vie exigent maintenant que certains frais supplémentaires soient communiqués aux assurés. Ce document doit désormais inclure :

  • les frais prélevés par l’assureur pour chaque unité de compte, soit les frais de gestion. Le cas échéant, la commission versée au distributeur du contrat.
  • les frais supportés en représentation du nombre d’unités de compte au cours du dernier exercice.

Pourquoi choisir une assurance-vie avec moins de frais ?

Afin de préserver votre capital, il est essentiel de choisir une compagnie d’assurance-vie qui présente moins de frais. Les assurances vie ne sont pas exemptes de frais et il est nécessaire de les inclure dans le calcul lorsque vous choisissez un assureur. Ces frais participent à la rémunération des compagnies auprès desquelles vous achetez des produits financiers. Les charges imposées par les assureurs ont pour conséquence une baisse des rendements de votre assurance-vie.

Face à cette réalité, des courtiers en ligne ont décidé de transposer le marché et affichent maintenant des tarifs vraiment bas. La numérisation de certaines procédures telles que l’ouverture, la gestion et la clôture du contrat permettent aux nouveaux fournisseurs de réduire leurs coûts et donc offrir des tarifs moins élevés que ceux pratiqués par les banques traditionnelles.

Si vous cherchez une assurance-vie avec moins de frais, l’assurance-vie en ligne est la solution idéale. Elle ne nécessite généralement aucun frais d’entrée ou de versement et propose les meilleurs contrats du marché. Vous bénéficierez par conséquent de rendements intéressants et de nombreux supports financiers avec des offres très attractives.

Conclusion

En fin de mot, je vous conseille de consulter les conditions générales ou le document d’information des contrats d’assurance avant de signer. C’est un bon moyen pour s’assurer qu’on se lie à un bon contrat avec un minimum de frais. Au mieux, préférez les contrats avec des frais d’entrée ou sur versement supérieurs aux frais de gestion. Je vous explique pourquoi. Les premiers sont déduits par mois. Les seconds sont ponctionnés par an.

Aussi, n’ayez pas peur de négocier vos frais, et plus particulièrement les frais sur versement pour profiter d’une baisse de taux. Pour convaincre votre assureur, vous pouvez avancer comme arguments : un dépôt d’une somme garante, placement sûr. Si besoin est, faites appel à un spécialiste de la gestion de patrimoine ou à un courtier pour vous aider à faire le bon choix. Ce dernier est habilité à vous conseiller sur la meilleure direction à prendre pour profiter d’un contrat d’assurance vie avantageux. Vous pouvez en joindre un auprès de notre société. Pour cela, n’hésitez pas à nous contacter et en passant par mon site web ou en me contactant directement.

Je réponds à toutes vos questions sur frais en assurance-vie

Est-il possible d’éviter les frais associés à un contrat d’assurance vie ?

Les assurances-vie ont des frais qui doivent être payés pour rémunérer les courtiers en ligne et traditionnels. Ces frais ne sont pas les mêmes d’un acteur à l’autre, alors examinez attentivement leurs tarifs afin de trouver la plus avantageuse et abordable.

Qu’entend-on par « frais de gestion en assurance vie » ?

Il s’agit des coûts engendrés par les sociétés d’assurance pour gérer un contrat d’assurance vie. Ces frais peuvent inclure des commissions sur les investissements, des frais administratifs annuels et d’autres charges liées à la gestion des investissements. Les assureurs et courtiers facturent des frais pour la gestion des contrats d’assurance vie annuellement. Le montant de cette commission peut varier d’une compagnie à l’autre, mais s’il dépasse la barre des 1%, les frais peuvent être considérés comme exorbitants.

Est-ce que les frais d’entrée en assurance vie sont encore en vigueur aujourd’hui ?

Les coûts d’entrés des contrats d’assurance-vie sont une somme qui était autrefois prélevée par les assureurs lors de l’ouverture du contrat. Cependant, ces frais sont aujourd’hui presque inexistants et généralement gratuits.

Quels sont les frais associés à un retrait partiel de fonds d’une assurance vie ?

Dans le cas d’un retrait partiel, des frais peuvent être incontournables. Cette taxe s’appelle les frais de rachat partiel, et sa capacité à être appliquée dépend des assureurs et courtiers. Bien que ces frais soient présents, il ne sont pas appliqués par la plupart des établissements.

Est-il possible de négocier les frais d’assurance vie ?

Certaines composantes des frais d’assurance vie, telles que les frais de gestion, sont non négociables. Cependant, d’autres éléments plus spécifiques, comme le coût d’ouverture et de versement ou celui des arbitrages, peuvent être discutés avec l’institution avant la signature du contrat. Notons que ces jours-ci, de nombreux courtiers en ligne n’indiquent pratiquement aucun de ces frais.

Que sont les frais cachés en assurance-vie ?

Certains frais d’assurance vie, comme les frais de gestion et de versement, sont imposés aux clients soit par les produits financiers eux-mêmes, soit en guise de rémunération pour l’assureur. Cependant, certains courtiers ajoutent d’autres frais supplémentaires à leur grille tarifaire tels que des frais d’entrée ou des frais d’arbitrage afin d’augmenter leurs profits. En d’autres termes, les frais cachés sont des montants non obligatoires que certaines entreprises de gestion appliquent à leurs clients.

Quels sont les frais de succession de l’assurance-vie ?

Les droits de succession ne sont pas appliqués sur l’assurance vie mais une fiscalité réglementée par les pouvoirs publics s’applique à leur place. Les montants à payer peuvent varier en fonction de différents critères tels que la date de souscription du contrat de l’assurance vie et de l’âge des paiements effectués.

Quelles sont les frais habituels d’une assurance-vie ?

Les frais récurrents associés à une assurance-vie sont facturés tous les ans. Les frais de gestion sont une composante de ces dépenses récurrentes et peuvent être renforcés par des frais de versement pour chaque montant placé sur votre assurance-vie.

Comment connaître le montant des frais de gestion de l’assurance-vie ?

Si vous souhaitez savoir quelles sont les charges de gestion de votre assurance-vie, il suffit de demander à votre assureur une comparaison basée sur le capital investi et les intérêts générés. Il vous indiquera alors l’impact que ces frais auraient sur votre revenu total.

Un pot en verre avec des pièces et une plante verte - L'investissement quotidien et diversifié permet de réduire le risque tout en maximisant le gain potentiel
L'investissement permet de se constituer un patrimoine, de réduire ses impôts, d'anticiper la transmission de son patrimoine et encore de créer des revenus passifs

Vous souhaitez commencer à gérer votre patrimoine ?

Sommaire
2a7c304d8d3137fb40dc4947f179abcc/