Contrat de capitalisation : un outil efficace pour la succession

Par Vincent Gaspalon

Sommaire

📌 Des interrogations sur des termes spécifiques ? consultez notre GLOSSAIRE Epargne & Placement

La planification de la succession est un sujet important et souvent négligé par de nombreuses personnes. Pourtant, il est essentiel de prendre les mesures nécessaires pour protéger ses proches et assurer la transmission de son patrimoine de manière optimale. L’un des outils les plus efficaces pour cela est le contrat de capitalisation successoral. Découvrez dans cet article, le fonctionnement et la fiscalité du contrat de capitalisation successoral.

Qu'est-ce qu'un contrat de capitalisation successoral ?

dessin famille crayon blanc main homme contrat de capitalisation successoral

Le contrat de capitalisation successoral est un instrument financier distinct de l’assurance-vie traditionnelle, conçu pour transmettre le patrimoine aux héritiers de manière optimale. Contrairement à l’assurance-vie classique, le capital investi n’est pas remboursé à l’assuré ou à ses bénéficiaires.

 

Au lieu de cela, il est placé dans un fonds d’investissement spécifique qui génère des intérêts. Ce mécanisme permet de capitaliser les gains et de les transmettre aux héritiers dans des conditions fiscales avantageuses. Pour plus de détails, consultez notre article complet sur les contrats de capitalisation.

Fonctionnement du contrat de capitalisation successoral

Le contrat de capitalisation successoral est un outil de transmission efficace pour la gestion de patrimoine. Cependant, il est important de savoir que contrairement à l’assurance-vie, le contrat de capitalisation est intégré dans la succession. Ainsi, lors du décès du souscripteur, le contrat de capitalisation fait partie de l’actif successoral et est soumis aux droits de succession.

 

Les héritiers ont le choix de conserver le contrat pour préserver son antériorité fiscale ou de racheter le contrat. Si les héritiers décident de conserver le contrat, il sera imposé à la succession sur sa valeur nominale et les plus-values ne seront pas fiscalisées. Toutefois, il est important de noter que les droits de succession dépendent des liens de parenté entre le défunt et ses héritiers.

 

En effet, plus le lien de parenté est faible, plus les droits à acquitter sont élevés. Ainsi, les droits de succession peuvent représenter une charge importante pour les héritiers qui ne doivent pas négliger cette question avant de souscrire un contrat de capitalisation.

 

Il est donc important de bien comprendre le fonctionnement du contrat de capitalisation et ses implications fiscales et successorales avant de prendre une décision. En cas de doute, il est conseillé de se faire accompagner par un conseiller en gestion de patrimoine ou un notaire pour éviter les erreurs qui pourraient être préjudiciables pour les héritiers.

Avantages et inconvénients du contrat de capitalisation successoral

dessin famille craie blanc mains contrat capitalisation successoral

Le contrat de capitalisation successoral présente de nombreux avantages, notamment en matière de transmission de patrimoine et de fiscalité. Le contrat de capitalisation successoral présente de nombreux avantages. Tout d’abord, il permet de transmettre son patrimoine de manière optimale, grâce à une fiscalité avantageuse. En effet, les sommes transmises ne sont pas soumises aux droits de succession dans la limite des abattements fiscaux.

 

De même, le contrat de capitalisation successoral offre une grande flexibilité en matière de choix de bénéficiaires, de montant investi et de mode de gestion du contrat ou de conservation du contrat pour préserver son antériorité fiscale. De plus, il est possible de donner le contrat de capitalisation de son vivant et ainsi de profiter des abattements pour préparer sa succession future.

 

La donation du contrat de capitalisation permet également de « gommer » les plus-values et de démembrer le contrat pour optimiser sa succession. Par ailleurs, sur le plan de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), le contrat de capitalisation doit être déclaré pour sa valeur nominale, contrairement à l’assurance-vie qui doit être déclarée pour sa valeur de rachat souvent supérieure.

 

Cependant, il comporte également des inconvénients, comme des frais de gestion souvent plus élevés que pour d’autres produits d’épargne, une liquidité réduite et une certaine complexité. Le principal inconvénient du contrat de capitalisation successoral réside dans son traitement fiscal moins avantageux que celui de l’assurance-vie. En effet, lors du décès du souscripteur, le contrat de capitalisation intègre simplement la succession et est soumis aux droits de succession, sans bénéficier d’un abattement spécifique comme l’assurance-vie. Il est donc important de bien évaluer vos besoins et de comparer les différents produits disponibles avant de souscrire un contrat de capitalisation successoral.

Fiscalité du contrat de capitalisation successoral

Le contrat de capitalisation est un outil efficace de transmission de patrimoine. Mais quelles sont les implications fiscales pour les héritiers en cas de succession ?

 

Tout d’abord, si les héritiers décident de conserver le contrat de capitalisation au décès du souscripteur, ils conservent l’antériorité fiscale. Cela signifie que les droits de succession sont calculés sur la valeur nominale du contrat, sans impôt sur les plus-values.

 

  • Donation et Nu-Propriété :
    • Si le contrat a été précédé d’une donation, le nu-propriétaire devient le seul souscripteur du contrat, sans droit de succession à payer.
    • En cas de décès du nu-propriétaire avant le souscripteur, ses héritiers bénéficient du contrat.
    • Chaque héritier bénéficie d’un abattement sur la part qu’il reçoit avant l’application des droits de succession. Cet abattement est commun à l’ensemble de la succession et s’élève, par exemple, à 100 000 euros pour un enfant.

 

En 2017, la fiscalité du contrat de capitalisation a été mise à jour. Ainsi, l’imposition dépend de la date de versement des primes sur les contrats.

 

  • Primes versées avant le 27 septembre 2017 :
    • 35 % pour un retrait avant 4 ans de détention
    • 15 % entre 4 ans et 8 ans de détention
    • 7,5 % passé les 8 ans de détention

 

  • Primes versées à partir du 27 septembre 2017 :
    • La situation fiscale dépend du montant des primes versées et de la durée de détention du contrat.
    • L’imposition diverge selon que le contrat ait plus ou moins de 8 ans et que les primes représentent un montant de plus ou moins 150 000 €.

 

Il est important de noter que le contrat de capitalisation est soumis aux droits de succession, contrairement à l’assurance-vie, qui bénéficie d’une fiscalité plus avantageuse. Toutefois, l’efficacité du contrat de capitalisation en matière de transmission de patrimoine reste indéniable, surtout si les héritiers souhaitent conserver l’antériorité fiscale du contrat.

Souscrire à un contrat de capitalisation successoral

famille tenue blanche contrat capitalisation successoral

La souscription d’un contrat de capitalisation successoral se fait auprès d’un assureur ou d’un établissement financier habilité à le proposer. Vous pouvez souscrire à tout âge, que vous soyez une personne physique ou morale, une entreprise ou une association.

 

En optant pour la souscription démembrée, vous pouvez réinvestir les sommes issues d’une succession ou de la vente d’un bien démembré dans un contrat de capitalisation. Cette stratégie présente de nombreux avantages fiscaux, tels que la réduction de la fiscalité de la succession et la possibilité d’investir les sommes concernées.

 

En cas de décès de l’usufruitier, le nu-propriétaire devient plein propriétaire et bénéficie d’une exonération des droits de succession supplémentaires. En cas de rachat total, la décision doit être prise par l’usufruitier et le nu-propriétaire.

 

Ainsi, le contrat de capitalisation successoral est un outil de transmission efficace et souple qui permet de planifier sa succession en toute sérénité. N’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus sur les modalités de souscription d’un contrat de capitalisation successoral.

Types de contrats de capitalisation successoral

Il existe deux types de contrat de capitalisation successoral : le contrat en euros et le contrat en unités de compte.

 

  1. Contrat en Euros : Ce type de contrat offre une garantie de capital à l’assuré. Il présente un risque minimal et est idéal pour les investisseurs cherchant la sécurité.

 

  1. Contrat en Unités de Compte : Ce contrat est soumis aux fluctuations des marchés financiers, ce qui présente un potentiel de rendement plus élevé. Cependant, il comporte également un risque plus important. Il convient aux investisseurs acceptant une prise de risque pour un meilleur rendement.

 

Ces deux options permettent de choisir en fonction de ses objectifs financiers et de son appétence au risque, offrant ainsi une flexibilité dans la gestion de la transmission de patrimoine.

Gestion des contrats de capitalisation successoral

dessin noir homme feutre contrat de capitalisation successoral

Le souscripteur peut choisir le mode de gestion du contrat de capitalisation successoral. Il peut opter pour une gestion libre, qui lui permet de gérer lui-même ses investissements, ou pour une gestion sous mandat, qui confie la gestion du contrat à un professionnel. La gestion sous mandat peut être plus adaptée aux investisseurs novices ou qui ne souhaitent pas s’impliquer directement dans la gestion de leur contrat.

Frais liés au contrat de capitalisation successoral

Le contrat de capitalisation successoral est soumis à des frais de gestion, qui varient selon les établissements financiers et les types de contrats. Il est important de bien les comparer avant de souscrire un contrat. Les frais peuvent inclure des frais d’entrée, des frais de gestion annuels, des frais d’arbitrage et des frais de sortie.

Conclusion

Le contrat de capitalisation successoral est un outil efficace de planification successorale, qui permet de transmettre son patrimoine de manière optimale tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse. Il est important de bien évaluer ses besoins et de comparer les différentes offres avant de souscrire un contrat. En choisissant un contrat adapté à vos objectifs et à votre situation personnelle, il est possible de préparer sereinement votre transmission de patrimoine.

Questions fréquentes

Le plafond de versement pour un contrat de capitalisation successoral est fixé librement par l’assureur, mais il est généralement plus élevé que pour l’assurance-vie traditionnelle.

Oui, il est possible de modifier les bénéficiaires d’un contrat de capitalisation successoral à tout moment. Il suffit de contacter l’assureur et de remplir les formalités nécessaires.

En cas de décès de l’assuré, les bénéficiaires désignés dans le contrat de capitalisation successoral récupèrent les sommes investies ainsi que les intérêts générés, sans être soumis aux droits de succession dans la limite des abattements fiscaux en vigueur.

Non, il n’est pas possible de souscrire un contrat de capitalisation successoral en tant que mineur. Il faut être majeur et capable de contracter.

Non, le contrat de capitalisation successoral est plutôt destiné aux investisseurs disposant d’un patrimoine important à transmettre. Il peut également convenir à des personnes souhaitant investir sur les marchés financiers, mais qui souhaitent bénéficier d’une fiscalité avantageuse. Il est important de bien évaluer vos besoins avant de souscrire un contrat.

BESOIN D'UN CONSEILLER ?

Vous souhaitez bénéficier de mon expertise et de mon conseil :  

je vous propose mes services afin d’analyser votre dossier (donnée financière, fiscalité), de définir vos objectifs et faire en sorte de définir les stratégies les plus efficaces. Vous bénéficiez de mon conseil en tant que professionnel indépendant.

Masterclass gratuite

En cliquant sur le bouton ci-dessus vous acceptez que votre adresse mail soit enregistrée dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité afin de recevoir notre newsletter. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en nous adressant un email ou en cliquant directement sur les liens de désinscription.