Crédit professionnel : Les différents types existants

une page de site internet sur un ordinateur avec les différents types de crédits professionnels

Le financement est l’un des aspects les plus importants pour une entreprise, peu importe sa taille. Pour en disposer, les entreprises utilisent plusieurs modes de financement dont le plus courant est souvent le crédit professionnel. Afin de mieux établir les demandes de crédit, je recommande toutefois de connaitre les différents types de crédits bancaires existant à ce jour. Si l’on peut les classer de manière générale en fonction de leur durée, je vous propose d’abord de découvrir ce que l’on entend par crédit professionnel.

Quels sont les besoins financiers d’une entreprise ?

Un crédit bancaire est généralement un prêt financier accordé par un établissement bancaire. Ce prêt a pour objectif de financer un projet ou un besoin défini. Il doit néanmoins permettre aux établissements financiers de pouvoir obtenir des intérêts sur leur argent. Les crédits bancaires diffèrent entre eux selon de nombreux facteurs (taux d’intérêt, amortissement, conditions de remboursement…).

Ces facteurs évoluent aussi en fonction de l’établissement bancaire choisi. Actuellement, il est même plus fréquent d’établir sa demande crédit en ligne pour éviter les pertes de temps et avoir la possibilité d’analyser les différentes offres en quelques clics.

Le crédit professionnel se distingue ainsi par leur durée : à court, moyen ou à long terme. Ce type de crédit est un moyen financier fourni par les banques et qui répond à différents types de besoins. Voici donc les différents types de besoins pour un crédit professionnel :

Besoin en trésorerie

Ceci s’applique aux entreprises qui se trouvent dans une mauvaise situation financière. Dans ce cas, l’entreprise n’a plus assez de liquidités (crédits et avoirs) pour régler ses fournisseurs, employés et créanciers. En d’autres termes, le solde du compte bancaire de l’entreprise se trouve être négatif.

Besoin en équipements

Les équipements regroupent l’ensemble des moyens dont l’entreprise a besoin pour fonctionner de manière optimale (mobiliers, fournitures, appareils, matériels d’aménagement des locaux…). Faire l’achat de tels équipements peut mettre l’entreprise en mauvaise posture en cas de crise d’activité. Avoir recours à un prêt professionnel offre ainsi la possibilité de limiter les risques.

Besoin immobilier

Les besoins immobiliers regroupent l’acquisition ou la construction de nouveaux bureaux, magasins, hangar, etc. Pour ce type de besoin, la défiscalisation ou la modalité d’investissement qui a pour objectif de réduire les impôts doit y être incluse.

Le crédit professionnel à court terme

Le crédit à court terme, d’après son nom, sont des crédits dont la durée est inférieure à 1 an. Ils ont pour principal objectif de consolider la trésorerie de l’entreprise. Ils sont donc nécessaires pour couvrir les besoins spécifiques de l’entreprise. On peut les classer en deux catégories : crédit de trésorerie, et crédit de mobilisation de créances clients.

Le crédit de trésorerie

Appelé aussi crédit d’exploitation, ce type de crédit peut être contracté uniquement dans le but de disposer, à court terme, des ressources de trésorerie. Ceci pour offrir la possibilité à l’entreprise qui emprunte de couvrir ses besoins d’exploitation. Les crédits qui sont généralement accordés dans cette classe sont :

  • Le découvert bancaire : offre la possibilité à l’entreprise de disposer d’un compte courant débiteur à la banque
  • La facilité de caisse : appelé également avance de trésorerie, il offre l’opportunité de bénéficier d’une avance sur une durée assez courte.
  • L’ouverture de crédit : ceci concerne un montant plafond d’emprunt, octroyé par une banque pour une durée déterminée, d’une entreprise. Ce dernier peut donc mettre son compte courant en situation débitrice selon la situation et dans la limite du plafond défini.

Le crédit de mobilisation de créances client

Les crédits de mobilisation des créances sont des financements à court terme qui se basent sur les factures que vous avez émises et que vos clients n’ont pas encore payées. En les cédant ou en les mettant en garantie à votre banque, ce dernier vous octroie une ligne de crédit. Avec bien évidemment une commission en sus. Je vous propose de découvrir les crédits disponibles pour cette catégorie :

  • Escompte commercial : offre la possibilité à l’entreprise de céder à sa banque des effets de commerce, et de disposer directement de la trésorerie liée à ses effets. Et tout cela sans attendre les dates d’échéances préalablement définies.
  • L’affacturage : c’est un processus par lequel un établissement spécialisé s’occupe de tout ou d’une partie du recouvrement des comptes clients de l’entreprise, moyennant une rémunération.
  • Le financement Dailly : il propose de céder à la banque l’ensemble des moyens de règlement existants, et ce dès que les factures correspondantes ont été transmises.

Malgré le fait qu’ils ne sont pas très fréquents, il faut toutefois noter que les crédits par signature et les crédits de financement des marchés publics sont aussi classés dans la catégorie des crédits bancaires à court terme.

Le crédit à moyen et à long terme

Le crédit à moyen terme présente généralement une période qui peut aller de 2 à 7 ans. Au-delà de cette période (plus de 7 ans), il s’agit ainsi d’un office de crédit à long terme. Ce type de crédit est généralement utilisé pour obtenir le financement nécessaire pour investir en bien d’équipements ainsi que dans les travaux. Pour les crédits à long terme, il s’agit plutôt d’un crédit réservé aux investissements immobiliers.

Généralement, ces modalités peuvent être accessibles par deux types d’accès : le crédit-bail et l’emprunt bancaire. Chaque crédit dispose de caractéristiques spécifiques et nécessite différentes conditions pour être accessible.

Le crédit-bail

Le crédit-bail est un type de crédit qui permet de faire bénéficier un bien défini à une entreprise en contrepartie de frais de location. Ce dernier est à régler périodiquement de manière à acheter entièrement le bien à la fin du contrat. Dans ce cas-ci, je vous présente les deux conditions qui entourent ce crédit :

  • La remise pour location d’un bien mobilier (à usage professionnel) ou immobilier d’un office de crédit (crédit-bailleur) à l’entreprise cocontractante (crédit-preneur).
  • L’opportunité pour le crédit-preneur d’obtenir totalement ou partiellement le bien loué à la fin du contrat, en considérant les versements réalisés à titre de loyers.

L’emprunt bancaire

D’une manière générale, l’emprunt bancaire est un processus qui consiste à donner à l’entreprise une grande quantité d’argent. De l’argent qu’elle s’engage à payer avec les intérêts selon les modalités contractuelles. Cependant, ce type de crédit est assez compliqué. C’est pourquoi je suggère de faire la lumière sur ses éléments principaux.

Le montant d’un emprunt bancaire

Dans le cadre d’un prêt bancaire, le montant octroyé dépend obligatoirement de la nature et de la taille du projet à réaliser. Le montant est généralement déterminé grâce à un business plan et évalué ensuite par l’établissement financier.

La rémunération de la banque

Il est important de noter qu’un prêt sans intérêt n’existe pas. La banque détermine ainsi un taux d’intérêt sur le capital qu’elle octroie à l’entreprise emprunteuse. Cet intérêt sert de rémunération pour l’établissement bancaire en échange du risque pris par cette dernière. D’ailleurs, il est important de noter que plus le projet est risqué et plus le taux d’intérêt est élevé.

La durée et le remboursement

La durée d’un emprunt bancaire dure généralement entre 3 à 7 ans. Dans le cas d’un bien immobilier par contre, cette durée peut aller jusqu’à 15 ans maximum.

Le remboursement du crédit est déterminé au préalable à l’issue de négociation entre l’entreprise et l’établissement bancaire. Les processus se distinguent ainsi considérablement d’un contrat à un autre. Certains facteurs peuvent avoir une influence sur les modalités de remboursement (taille de l’investissement, nature de l’emprunt…).

Les autres catégories de crédit professionnel

En fonction de la durée, le crédit professionnel est catégorisé selon qu’il soit à court, moyen ou à long terme. Toutefois, il existe d’autres systèmes de processus de classifications :

En fonction de la forme

Dans ce cas, on distingue :

  • Les prêts offerts en monnaie nationale de ceux offerts en monnaie étrangère ;
  • Les prêts à amortissement constant, des prêts à échéance constante et de ceux remboursables in fine ;
  • Les roll-over, des prêts permanents et de ceux offerts sur ligne de crédit ;
  • Les prêts en compte, des prêts sur contrat de crédit et de ceux obligatoires.

En fonction du mode de commercialisation

Dans ce cas-ci, les prêts se différencient en fonction du fait qu’ils soient commercialisés directement par la banque ou grâce à un courtier en crédit.

  • Commercialisation directe : ici, vous vous adressez directement à l’établissement pour faire une demande de prêt. L’établissement  pourra lui formuler une ou différentes propositions pour l’attribution du crédit sollicité.
  • Commercialisation via courtiers : il s’agit d’intermédiaires en opération de banque et services de paiement qui effectueront l’évaluation du marché selon leurs conventions avec les établissements financiers.
un téléphone portable avec le cours du nasdaq pour simuler les paramètres d'un crédit professionnel

Les spécificités du crédit professionnel

Le crédit professionnel affiche une certaine ressemblance au crédit personnel pour particuliers. Donc, ils peuvent être fournis à un taux fixe ou à un taux variable. Ils peuvent aussi donner lieu à un report d’échéances ou de remboursement anticipé.

Néanmoins, certain crédit professionnel dispose de quelques particularités. Étant donné que ce sont des crédits rapides et faciles, l’entreprise peut payer l’intégralité du montant de son projet, sans forcément avoir recours à un apport personnel. Cela dépend bien évidemment de la situation financière de l’emprunteur et aussi de l’évaluation des pièces comptables.

L’assurance du crédit professionnel

Lorsqu’une entreprise veut souscrire à un prêt professionnel, il doit choisir entre une assurance emprunteur groupe (proposé par un établissement bancaire) ou un contrat individuel.

Dans chaque cas, aucune assurance ni contrat ne peut lui être réclamé. Donc, l’établissement bancaire ou l’organisme de prêt peut présenter un contrat groupe d’assurance d’emprunt. Il se diffère par le fait qu’il est standard à tous les emprunteurs. Le coût de la prime d’assurance est évalué selon la moyenne des risques de tous les assurés.

Aussi, une délégation d’assurance détermine un contrat individuel caractéristique au profil de l’emprunteur. Il est estimé en fonction de l’âge, du montant à emprunter, de l’état de santé et de différents autres critères. Il s’agit clairement d’un contrat personnalisé, analysé pour limiter de manière conséquente le montant de l’assurance de prêt.

Les critères pour obtenir un crédit professionnel

Avant de financer un projet, un établissement bancaire évalue différents critères de votre dossier selon votre situation financière, votre apport, vos mensualités…

La crédibilité du projet

Pour convaincre un établissement de vous accorder un crédit professionnel, le propriétaire de projet doit proposer une présentation détaillée et claire du projet. En outre, le projet doit être SMART (Spécifique Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporellement défini). Si vous réussissiez à obtenir un prêt d’honneur ou convaincre l’établissement par exemple, cela peut renforcer la crédibilité du dossier de demande financier.

La solvabilité

C’est l’une des informations les plus importantes dans le cadre d’un crédit professionnel. La solvabilité présente tout simplement la capacité pour une entreprise de rembourser ses dettes (à court ou à long terme). Ainsi, elle offre la possibilité de connaitre la situation financière de l’entreprise avant de lui permettre de bénéficier d’un crédit. Les critères de mesures de solvabilité sont :

  • Ratio d’autonomie financière fondé notamment sur les fonds propres,
  • Ratio de capacité de remboursement
  • Ration de liquidité générale

La pertinence du business plan

Les prévisions financières (bilan, compte de résultat, ratios financiers, etc.) sont une partie quantitative du business plan de l’entreprise. Néanmoins, la partie qualitative est aussi importante pour profiter d’un crédit professionnel. Cela concerne l’analyse de marché, l’environnement concurrentiel, la raison du prêt…

Les entreprises peuvent disposer d’une large sélection de moyens pour se financer. Mais, le crédit professionnel reste l’une des solutions incontournables pour leur projet d’activité. Toutefois, avant de s’engager vers un prêt professionnel auprès d’un établissement financier, il est essentiel de connaître les différents paramètres et autres conditions qui entourent ce type de crédit. C’est pourquoi je vous conseille fortement de faire appel à un conseiller de gestion en patrimoine. Il vous aidera et vous accompagnera dans la réalisation de vos projets et dans l’optimisation de votre patrimoine, que ce soit sur le plan financier, juridique ou fiscal. N’hésitez pas à me contacter dans toutes vos démarches de prêt professionnel ou encore pour une étude patrimoniale.

Un pot en verre avec des pièces et une plante verte - L'investissement quotidien et diversifié permet de réduire le risque tout en maximisant le gain potentiel
L'investissement permet de se constituer un patrimoine, de réduire ses impôts, d'anticiper la transmission de son patrimoine et encore de créer des revenus passifs

Vous souhaitez commencer à gérer votre patrimoine ?

Sommaire
40d17c24300d186e2d78529c1fb6aebbTTTTTTTTT