Quels sont les différents types de placements financiers ?

un tableau avec des schémas pour les différents type de placements financiers

Choisir le type d’investissement n’est pas une affaire aussi simple. Avec le retour de l’inflation depuis 2017, les stratégies habituelles des épargnants en matière de placement financier ont été bouleversé. Les solutions d’épargne bancaires n’offrent plus de rendements suffisants. Il faut désormais se lancer dans d’autres placements financiers. Découvrez les différents types de placements financiers dans cet article.

Placement financier : qu’est-ce que c’est ?

Faire un placement est tout simplement le fait de mettre de l’argent de côté sur une durée bien définie dans le but de réaliser une opération financière source de profits. En d’autres termes, un placement financier se définit comme un investissement en capital permettant de financer des entreprises, des particuliers ou également des politiques publiques par des mécanismes d’intermédiations bancaires. Une partie de la richesse qui sera créée est ensuite répartie aux investisseurs sous forme d’intérêts ou de dividendes en contrepartie du risque pris et de l’immobilisation des sommes mises durant le placement.

La différence entre placement financier et solutions de placement

Il est nécessaire de faire la différence entre le placement financier d’une solution de placement. Un épargnant particulier ne peut pas accéder directement aux marchés boursiers. En effet, il doit passer par un investisseur institutionnel qui va lui proposer des solutions de placement. Ce dernier va lui offrir un éventail d’enveloppes fiscales réglementées ou également des livrets bancaires comme véhicule pour faire un investissement dans des actifs financiers.

Ainsi, quand on parle d’assurance vie ou de PEA, ce n’est pas véritablement un placement financier. On parle plutôt du moyen par lequel on réalise des placements financiers.

Par ailleurs, certains placements financiers et investissements peuvent être réalisés sans solutions de placement ou enveloppes fiscales. Quand vous achetez des actions ou parts sociales d’une entreprise de gré à gré, en dehors d’un marché boursier réglementé, vous serez alors un actionnaire. En revanche, vous n’êtes pas obligé de les placer dans un compte-titres ou un PEA. C’est le même cas quand vous allez investir dans l’immobilier ou acheter des parts de société civile de placement immobilier. Vous avez donc réalisé un placement financier sans pour autant devoir souscrire une solution de placement.

Ceci étant dit, vous pouvez diviser les solutions de placement en plusieurs catégories en fonction de la nature des actifs ainsi que les objectifs d’épargne :

  • Les livrets bancaires (Livret A, LEP, PEL, CEL, Livret jeune…) ;
  • L’assurance vie (fonds euro, unité de compte) ;
  • L’épargne boursière (PEA, compte titre) ;
  • L’épargne retraite (PERP, retraite madelin, PERCO) ;
  • L’immobilier papier (SCPI, SIIC, OPCI).

Les placements bancaires : livrets et comptes à terme

Les banques sont classées comme un intermédiaire financier de premier ordre. À ce titre, elles proposent des placements financiers à capital garanti. En contrepartie du montant placé, les épargnants bénéficient des intérêts sans assumer des risques. Ces solutions d’épargnes sont réparties en deux grandes catégories :

  • L’épargne à vue où le capital placé peut être retiré à tout moment ;
  • L’épargne à terme où l’épargne est bloquée pendant une durée.

En matière d’épargne bancaire à vue, on a notamment le livret A, le LEP ou livret d’épargne populaire, le livret jeune, le LDDS ou livret développement durable et solitaire.

Le Livret A

Il s’agit du placement bancaire phare en matière d’épargne. Le livret A est totalement défiscalisé. Par ailleurs, il propose des intérêts acquis par quinzaine avec un taux de 0,5%/an en 2020. Le montant maximum des versements est à 22 950 euros et n’impose aucune condition spécifique comme le livret jeune et le LEP.

Le LDDS : Livret de développement durable et solidaire

C’est un livret d’épargne qui propose 0,5% d’intérêts pour un plafond fixé à 12 000 euros. Son fonctionnement est le même que celui du livret A.

Le LEP : Livret d’épargne Solidaire

Il s’agit du livre d’épargne populaire pouvant être ouvert par tout résident fiscal français, qui justifie d’un revenu annuel inférieur à 20 017 euros avec un plafond de 7 700 euros, hors intérêts. Pour la rémunération, le taux d’intérêt est fixé à 1% en 2020.

Le Livret Jeune

Il s’agit du livret réservé aux personnes qui sont domiciliées fiscalement en France. Le livret jeune est destiné aux personnes âgées de 12 à 25 ans. Pour un plafond de 1 600 euros, le taux d’intérêt est fixé par les banques sans pouvoir être inférieur à 0,75%.

Les livrets bancaires non réglementés

Ils sont aussi appelés super livrets ou livrets boostés. Par ailleurs, les livrets bancaires non réglementés disposent du même principe de fonctionnement que le Livret A. Néanmoins, c’est toujours le rôle de la banque de fixer son taux d’intérêt et non le gouvernement. De plus, les intérêts perçus sont exigés au prélèvement forfaitaire unique de 30%, ce qui en fait souvent des placements moins lucratifs que les livrets réglementés. Le plafond est à la modération de la banque et supérieure à plusieurs centaines de milliers d’euros.

L’épargne à terme : PEL et Comptes à terme

Sans atteindre des rendements stratosphériques, l’épargne bancaire à terme offre des taux d’intérêt supérieurs à l’épargne à vue. Parmi les solutions d’épargne à terme les plus prisées, il y a : le PEL (Plan épargne logement) et le compte à terme (CAT).

Le PEL

Le PEL est généralement défini comme une solution d’épargne idéale pour créer un premier apport à l’achat d’un bien immobilier. Les sommes sont “investies” pendant une durée minimale de 4 ans avec un taux de rendement de 1%. Le plafond du PEL est par ailleurs de 61 200 euros.

Depuis que les intérêts du PEL sont soumis au prélèvement forfaitaire unique, il est moins fructueux que le livret A. En effet, son taux net est fixé à 0,7%.

Le compte à terme (CAT)

Le compte à terme est considéré comme un compte épargne “bloqué” pendant une durée définie. On distingue de nombreux CAT qui proposent des taux différents ainsi que des conditions de blocage des fonds spécifiques. Ainsi, le CAT peut avoir un taux variable, un taux progressif, un taux fixe, proposer ou non des possibilités de retrait anticipé. Les rendements sont en liaison avec la durée de blocage des fonds. Plus vous vous engagez sur la durée et plus le taux d’intérêt peut s’élever.

un tableau blanc avec plusieurs affiches pour les différents types de placements financiers

Les livrets et dispositifs bancaires

Les livrets bancaires sont sans frais, et les retraits sont réalisables à tout moment. La plupart du temps, les intérêts produits par votre épargne ne sont pas exigés. En revanche, leur rentabilité est souvent limitée (entre 0,5 % pour le livret A et 1 % pour le livret le PEL).

Les livrets bancaires sont adaptés si vous souhaitez constituer une épargne de précaution, et que la sécurité prime sur la recherche de rendement. Ils le sont aussi si vous voulez créer une épargne pour vos enfants.

L’assurance vie et le PER

La plupart des contrats d’assurance vie et des PER sont classés comme multisupports. Ils vous offrent la possibilité d’investir sur plusieurs supports, dont le fonds en euros, connu pour sa stabilité et son rendement limité, ainsi que des supports dits en unités de compte.

Leur volatilité constitue le point commun de tous ces supports. Contrairement au fonds en euros, ils sont bien soumis aux fluctuations des marchés financiers. Autrement dit, ils sont alors plus risqués, mais disposent de réels potentiels de rendement bien plus importants.

Vous devez toujours faire attention, car tous les contrats ne proposent pas les mêmes supports financiers. Il y a même certains qui ne disposent que d’un fonds général. Avant de procéder à la souscription, vous devez bien regarder les caractéristiques du produit. Les contrats multisupports sont parfaits si vous souhaitez diversifier votre épargne pour la rendre plus performante.

L’assurance vie

L’assurance vie fait partie des placements préférés des Français. La raison est qu’elle est très simple à épargner dans un cadre très souple. Il vous suffit de verser sur votre contrat et de récupérer tout ou partie de votre capital à tout moment. Le montant de ce capital peut varier quand l’investissement se réalise sur des supports en unités de compte.

De point de vue de la fiscalité, cette dernière peut devenir très bénéfique à partir des 8 ans de votre contrat.

L’assurance vie est un placement idéal si le pouvoir de récupérer tout ou partie de votre épargne à tout moment est le plus important pour vous. Elle l’est également si vous souhaitez préparer votre succession.

Le PER (Plan épargne retraite)

Le PER est un contrat d’assurance vie qui est dédié spécifiquement à la préparation de la retraite. Vos encours sont alors bloqués jusqu’à cette échéance, sauf aléas de la vie et achat de la résidence principale. Aussi, vous avez la possibilité de soustraire vos versements de votre revenu imposable et de faire ainsi une économie d’impôts.

À la retraite, vous avez la possibilité de récupérer vos encours sous forme de capital, en 1 ou plusieurs fois, ou même sous forme de rente, ou encore mélanger ces 2 options, en fonction de la nature des sommes concernées. Pour la fiscalité :

  • Le capital racheté est intégré au barème de l’impôt sur le revenu après abattement de 10% ;
  • Les plus-values sont soumises au régime de la flat tax au taux de 30 %, tout en prenant en considération les prélèvements sociaux au taux de 17,2 %.

En d’autres termes, le PER est adapté si vous souhaitez préparer votre projet retraite avec une certaine discipline. Il l’est également dans le cas où vous seriez fortement imposé et que vous souhaiteriez profiter d’un avantage fiscal.

Les placements boursiers

Les placements boursiers proposent un panel d’investissement très varié. En revanche, contrairement aux enveloppes assurantielles, l’accès au fonds en euros n’est pas proposé.

Le Plan d’épargne en actions (PEA)

Il s’agit d’un produit d’épargne réglementé vous permettant de vous constituer un portefeuille d’actions d’entreprises européennes. Il est culminé à 150 000 euros d’investissement et tout retrait avant les 5 ans du contrat engendre sa clôture. Le PEA est par nature plus dangereux que les placements assurantiels, car la sécurisation d’une partie du capital sur le fonds en euros n’est pas faisable.

En ce qui concerne la fiscalité, elle devient plus intéressante au-delà des 5 ans, car les plus-values ne sont plus exigées à l’impôt sur le revenu. D’ailleurs, les prélèvements sociaux restent dus au taux de 17,2 %. Avant cette échéance, c’est le régime de la flat tax qui va s’appliquer au taux de 30 %, tout en prenant en considération les prélèvements sociaux au taux de 17,2 % ou le barème de l’impôt sur le revenu sur option en année N+1.

Par ailleurs, le PEA est parfait si vous êtes dans une stratégie de diversification et que vous vous inscrivez dans le moyen terme.

Le compte-titres

Le compte-titres proposent un accès à une classe d’actifs très large comme les actions, les obligations, Sicav, FCP. D’ailleurs, c’est ce qui en fait son atout. En revanche, il n’offre pas d’avantage fiscal. En effet, les plus-values sont entièrement imposées au régime de la flat tax. Par ailleurs, il n’est pas limité et l’ancienneté du contrat n’engendre aucun avantage fiscal. En d’autres termes, le compte-titres sont parfaits si vous vous inscrivez dans une stratégie de diversification poussée de votre épargne et que vous voulez investir sur les marchés internationaux.

Les placements immobiliers

Vous n’avez pas forcément besoin d’acquérir un bien immobilier pour pouvoir faire un investissement dans la pierre. Il y a plusieurs dispositifs possibles vous permettant d’acheter des parts immobilières : c’est ce qu’on appelle la pierre papier.

SCPI

La Société Civile de Placement Immobilier est sans doute le type de placement le plus connu. Il s’agit notamment d’une société qui achète et gère des parcs immobiliers. Vous allez acheter des parts selon votre capacité d’investissement et percevoir les loyers à hauteur de celles-ci. Les SCPI sont également accessibles via des contrats d’assurance vie ou des PER.

OPCI

Il y a également des OPCI ou Organismes de Placement Collectif en Immobilier. Ils correspondent à un fonds constitué de biens immobiliers et d’actions et autres titres, ainsi que des SIIC (Sociétés d’Investissements Immobiliers Cotées).

La pierre papier est idéale si vous voulez investir dans l’immobilier sans pour autant recourir au crédit ou à un endettement trop important. Les OPCI proposent aussi plus d’argent qu’un achat immobilier. Ce dernier est d’ailleurs une immobilisation du capital investi. Pour toutes questions ou conseils, n’hésitez pas à me contacter. Vous trouverez mes coordonnées sur les pages principales de mon site web. Nous pouvons définir ensemble vos objectifs et mettre en place une stratégie d’investissements répondant à vos objectifs.

Envie d’une étude personnalisée ?

Contactez moi et nous ferons un point sur votre situation actuelle,

vos objectifs et déterminerons la stratégie la plus efficace.

Sommaire
658c60e5a01bbd0a1e3d5ecc6ceb83a9$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$